1 mars 2017 Global Agencement

Distributeurs automatiques : quoi de neuf ?

Snacks et boissons chaudes ou froides, les distributeurs classiques sont toujours aussi présents dans les entreprises, mais des innovations pourraient bien, dans quelque temps, les envoyer aux oubliettes !

Distributeurs classiques : les raisons d’un désamour

Ils sont si répandus dans nos entreprises qu’il est difficile de s’imaginer sans ! Et pourtant, les distributeurs automatiques sont en crise ! Le secteur connaît en effet des difficultés liées tout d’abord à la crise économique : on préfère aujourd’hui économiser sur les sucreries ou les boissons. Par ailleurs, l’explosion des périodes de chômage technique et du travail à temps partiel rend également les distributeurs moins rentables. Enfin, la qualité nutritionnelle et/ou gustative des produits proposés fait débat, à l’heure des 5 fruits et légumes par jour. D’ailleurs, depuis 2004, boissons sucrées et friandises en distributeur sont interdits dans les établissements scolaires…

Bref, le secteur ne se porte pas très bien. Mais cela n’empêche pas la recherche et l’innovation : les distributeurs automatiques se réinventent pour le meilleur !

Distributeurs de produits frais et plats cuisinés

Pour le salarié pressé et dans les entreprises ne disposant ni d’un restaurant, ni de commerces de proximité, un distributeur de sandwiches, de salades et/ou de plats cuisinés à réchauffer est une option véritablement intéressante et qui commence à se développer. Revers de la médaille : des appareils plus chers, qui doivent être capables de fournir un grand nombre de produits, et une gestion de la fraîcheur parfois problématique. Certains professionnels du secteur insistent aussi sur le fait que les salariés français ne sont pas habitués à ce genre de produits distribués automatiquement, au contraire de ceux d’autres pays comme le Japon. Autrement dit : en France, distributeur rime davantage avec barre chocolatée qu’avec salade tomates-mozza…

Distributeurs de produits et snacks sains

Si l’appareil ne change pas, son contenu, lui, peut devenir plus attrayant d’un point de vue nutritionnel ! Produits céréaliers, laitiers, fruits, légumes, boissons sans sucres : on peut aussi snacker sain, mais, là encore, cela a un coût. Par ailleurs, concernant les fruits et légumes, une véritable variété ne peut pas être assurée pour des raisons techniques : les produits doivent en effet être parfaitement calibrés pour entrer (et sortir) de la machine sans la bloquer… Autrement dit, oui aux pommes, mais non aux bananes !

Distributeurs de produits de qualité

Le « café-machine » est bien souvent synonyme de boisson bas de gamme pour les amateurs de café ou de thé ! En cause : non pas les machines, mais les produits utilisés. En tirant les prix vers le bas, on amoindrit également la qualité ; résultat : du « jus de chaussettes » et de « l’eau de vaisselle » vraiment pas engageants…

En misant sur des marques de thé, de café ou de chocolat de qualité et connues des consommateurs, et sur des labels de type « bio » ou commerce équitable », le surcoût « passe » plus facilement auprès des utilisateurs. Une solution intéressante !

À l’avenir, d’autres options vont pouvoir se développer au sein des entreprises : des machines se recentrant sur les services plus que sur la gourmandise, et qui sont d’ores et déjà en phase de test dans l’espace public. Distributeurs de journaux, de produits de pharmacie ou de parapharmacie, de pain, avec ou sans systèmes de paiement reléguant les pièces aux oubliettes (carte bancaire, sans contact, via smartphone), constituent peut-être l’avenir du bon vieux distributeur !